Chargement Évènements

« Tous les Évènements

Habitats sauvages, exposition de Léna Durr

juillet 1 @ 18h00 - novembre 27 @ 18h00

€3
centre d'art contemporain de châteauvert Lena Durr

Léna Durr, Jean-Philippe, 2022 – Courtesy de l’artiste et du centre d’art contemporain de Châteauvert – © Léna Durr

Léna Durr s’intéresse aux normes et marges de la société qu’elle met en scène dans un travail photographique toujours tendre et un peu nostalgique. L’œuvre et le quotidien de l’artiste ne font qu’un puisqu’elle vit elle-même dans un mobil-home, à Cuers dans le Var, au milieu d’objets collectés depuis son adolescence. Habitats sauvages est à la fois un travail dans la lignée de ses recherches et le fruit de son travail de plusieurs mois en résidence en 2020 au centre d’art en partenariat avec l’ESADPTM.

« S’il n’en existe pas de définition consacrée, la notion d’habitats sauvages, choisie par l’artiste pour qualifier les lieux de vies des personnes qu’elle est allée rencontrer, permet à la fois d’embrasser la complexité de son approche et l’hétérogénéité des situations observées.

Par opposition à la notion de domestique, qui renvoie à l’idée de la maison conventionnelle, celle de sauvage témoigne d’une volonté de s’inscrire dans un mode d’habiter non-conventionnel, en marge ou en lisière de la société. Le sauvage, c’est-ce qu’on ne connaît pas, ce qui n’a pas été domestiqué. Le sauvage fait peur pour ce qu’il s’écarte des standards sociétaux.

Pour les écologues, les habitats sauvages s’appliquent aux milieux naturels au sein desquels les animaux évoluent. Dans des espaces naturels, agricoles ou forestiers, ces habitants de mobilhome, caravanes, cabanes, yourte, et autres constructions démontables, que l’artiste nous présente, passent l’essentiel de leur temps à l’extérieur et ont en commun avec les animaux sauvages, la vie en plein-air, au plus près de la nature et des saisons. Avec leurs tailles modestes, leurs procédés auto-constructifs, et la sobriété qui les caractérise, leurs habitats ne sont pas sans rappeler les nids ou les terriers des animaux de la forêt.

A travers ses portraits de personnes qui vivent dans des habitats sauvages, Léna Durr s’appuie sur un travail ethnographique et documentaire pour déployer un récit intime et bienveillant, dans lequel elle donne à voir des parcours et des modes de vie, qui échappent aux règles établies, en décalage et en résistance face à des normes imposées, des territoires instables où les notions de richesse, de bonheur et de temps libre sont remises en question. » Alexandre Telliez-Moreni

 

Commissariat de l’exposition: Lydie Marchi

Cette exposition fait partie de la programmation des Rencontres d’Arles dans le cadre du Grand Arles Express. 

 

Détails

Début :
juillet 1 @ 18h00
Fin :
novembre 27 @ 18h00
Prix :
€3
Catégories d’évènement:
,